Accueil > Jeunes > Témoignages
Témoignages jeunes

Hatouma Haidara, PDGère de la Mini Entreprise-EPA "GAmini Business", Lycée Paul Bert à Maisons-Alfort (94)

 

«Que représente cette expérience pour toi?»

Cette expérience me permet de découvrir le monde de l'entreprise et de voir comment on gère une entreprise. Cela nous permet également de nous aider pour les épreuves de bac. C'est très interessant car c'est la mise en pratique de nos cours de gestion.

 

«Qu’est-ce que cela t’apporte en tant que jeune femme?»

Je suis très fière d'être PDGère car ce sont plus souvent les hommes qui sont dirigeants d'entreprise. Cette expérience m'apporte de l'assurance et de la confiance en moi.

 

«Décris ton rôle face à l’équipe»

Mon rôle en tant que PDGère de la mini entreprise est de booster mon équipe et de les motiver. Je les aide aussi à aller plus loin dans le projet. Je suis très contente de vivre cette expérience avec ma classe.

 

«Quel métier voudrais-tu faire plus tard»

Je ne sais pas encore exactement mais je souhaiterais travailler dans la gestion. Avec mes études et mon expérience de PDGère, je découvre de nouveaux domaines qui m'interessent également.

 

 


 

Maeva Marguerita, PDGère, ECE Tech à Paris (75)

 

«Que représente cette expérience pour toi?»

Cette expérience c’est avant tout des responsabilités autant vis-à-vis du projet en lui-même, de mes camarades ou de l’équipe encadrante du projet. C’est aussi être force d’initiatives et de motivation de façon continue tout en prenant en considération les envies et avis de chacun. Et enfin et bien heureusement, c’est aussi du fun!

 

«Qu’est-ce que cela t’apporte en tant que jeune femme?»

Etant donné que je fais partie d’une équipe composée d’hommes uniquement, cela m’apporte principalement de la confiance en moi. C’est aussi dans mon cas un avantage puisque je peux régulièrement apporter un avis féminin.

 

«Décris ton rôle face à l’équipe»

Mon rôle en tant que PDGère de la mini entreprise Barj box est de m’assurer que l’ensemble des opérations sont réalisées correctement et dans les temps impartis. Je suis également en charge de communiquer continuellement avec mon équipe vis-à-vis de l’avancée du projet et des ressentis de chacun. Enfin, c’est aussi ma responsabilité de prendre les décisions justes pour mon équipe tout en étant disponible et à l’écoute.

 

«Quel métier voudrais-tu faire plus tard»

Je n’ai pas d’idées précises et arrêtées quant au métier que j’aimerais faire plus tard. Cependant, la mini entreprise EPA Barj box, n’est pas ma première expérience dans le domaine de l’entrepreneuriat qui est un milieu me stimulant, donc pourquoi pas créer ma propre entreprise…

 

 


 

 

Raïa Mohamed, Directrice générale de la Mini Entreprise-EPA «Little Eco Citizen (LEC)» du collège Louis Armand de Savigny-le-Temple (77)

 

«Que représente cette expérience pour toi?»

Ça m’a fait plaisir quand j’ai été choisie. Ça m’aide à expérimenter le métier de DG et dans mon orientation pour la suite. Ça m’apprend à gérer une équipe, un emploi du temps/planning, des tâches, communiquer avec les autres membres de l’équipe.

Je suis fière d’être DG de cette mini-entreprise car cela me prouve que je suis capable de faire des choses et d’y arriver.

 

«Qu’est-ce que cela t’apporte en tant que jeune femme?»

De la fierté. Au final, il y a peu de différences entre le PDG (qui est un garçon) et moi, je me sens au même niveau, nous avons une direction mixte et pour moi c’est l’idéal, nous avons 2 visions qui sont complémentaires.

 

«Décris ton rôle»

Je motive le reste de notre équipe, je leur demande ce qu’ils font à chaque séance, je fais le point avec chaque service, ils ont confiance en moi et n’hésitent pas à venir me voir s’il y a un problème, je joue aussi un rôle de «conseillère» auprès d’eux, je les oriente.

 

«Quel métier veux-tu faire plus tard?»

Je voulais faire agent immobilier au départ, mais suite à un stage, je me suis rendue compte que je voulais faire autre chose, mais toujours dans la relation client/commercial, c'est ça qui me plaît.

 


 

Cassie-Marie Gomes, PDGère de la Mini Entreprise-EPA «Phony Gadget» au collège St Exupéry à Vélizy (78)

 

«Que représente cette expérience pour toi?»

C’est très bénéfique. Cela permet d’avoir une première expérience avant la vie professionnelle.

Dans mon rôle de PDG je dois suivre ce qui se passe dans tous les services.

Je me sens responsable de tout et devoir prendre toutes ces responsabilités est vraiment très motivant.

 

«Qu’est-ce que cela t’apporte en tant que jeune femme?»

Je crois que j’ai acquis plus d’assurance. Ce n’est pas facile de diriger des garçons. Il faut s’affirmer.

Je crois que tout se passe bien.

Finalement avoir une fille PDG c’est agréable pour toute l’équipe.

 

«Décris ton rôle face à l’équipe»

Je passe dans tous les services pour les coordonner et avoir une vision de toute l’entreprise.

Je dois booster les personnes qui se découragent, organiser le choix des produits.

Je dois aussi parfois gérer des conflits. On ne peut pas toujours accepter toutes les propositions et il faut donc savoir expliquer pourquoi on fait certains choix. Ce n’est pas toujours facile.

 

«Quel métier voudrais-tu faire plus tard?»

Je ne sais pas encore…

J’ai beaucoup d’imagination. Je me sens très créative et je suis attirée par le domaine artistique.

 


 

Alix Philouze, PDGère de la Mini Entreprise-EPA«Backphone» de l'Ecole Jeannine Manuel à Paris (75)

 

«Que représente cette expérience pour toi?»

C'est une expérience très sympathique, un bon moyen de découvrir le monde de l'entreprise à l'échelle de la classe.

 

«Qu’est-ce que cela t’apporte en tant que jeune femme?»

C'est un moyen de montrer que les femmes (ou filles) sont tout aussi capables que les hommes, que ces fonctions devraient être basées sur les compétences seulement, et de montrer a la prochaine génération que les discriminations envers les filles sont fondées sur rien.

 

«Décris ton rôle face à l’équipe»

Je coordonne les sessions, je veille a ce que chacun respecte le travail qu'il a à faire. Je prend les décisions en faisant en sorte de consulter tout le monde.

 

«Quel métier voudrais-tu faire plus tard?»

Probablement journaliste, ce qui n'a pas grand chose à voir...

 

 


 

 

Léa HOIZEY, PDGère de la Mini Entreprise-EPA «USB Innovation»,Ecole de la 2e Chance de Villebon sur Yvette (91)

 

«Que représente cette expérience pour toi?»

Avoir des responsabilités car c’est moi qui représente la Mini Entreprise-EPA. De ce fait, cette fonction est pour moi la plus importante. Mes épaules portent une charge considérable de travail mais j’ai des collaborateurs qui sont présents avec moi pour me soutenir à chaque séance.

 

«Qu’est-ce que cela t’apporte en tant que jeune femme?»

Me mettre au même niveau que les hommes. Souvent, ce sont eux qui sont à la tête d’entreprise et nous, les femmes, et pourquoi pas nous? Cela me rend fière, et je suis consciente de représenter une part de la population qui est sous-estimée. Ma confiance en moi a beaucoup progressé.

 

«Décris ton rôle face à l’équipe»

En tant que Directrice de la Mini Entreprise-EPA USB Innovation, mon rôle consiste à vérifier que tous les services fonctionnent bien, que les processus soient fluides. De plus, je briefe mon équipe à chaque séance et me mets à leur disposition en cas de soucis. Je définis également les objectifs à atteindre.

 

«Quel métier voudrais-tu faire plus tard?»

Auxiliaire de puériculture car j’ai toujours été à l’aise dans le domaine de la petite enfance, et c’est ce que j’aime.

 

 


Lachouana, Directrice Générale de la Mini Entreprise-EPA «Parapied», Collège Honoré de Balzac à Neuilly-sur-Marne (93)


«Que représente cette expérience pour toi?»

C'est bizarre de diriger une mini entreprise-epa à 14 ans, je ne connaissais pas avant. Mais ça me plait d’avoir des responsabilités. Ça me servira plus tard.

 

«Qu’est-ce que cela t’apporte en tant que jeune femme?»

Cela m'apporte des responsabilités et me fait grandir. C'est l'opportunité d’encadrer un groupe.

 

«Décris ton rôle face à l’équipe»

Je remplace la PDGère quand elle n'est pas là, j'encadre les services, je donne mon opinion et je réponds aux questions de mes collègues. C'est un rôle qui me plaît.

 

«Quel métier voudrais-tu faire plus tard?»

Je souhaiterais être pédiatre car j'aime m'occuper d'enfants et j'aime la médecine. Je me suis déjà renseignée, je vais faire un bac S puis 7 ans d’études supérieures.

 


Anaïs, PDGère de la Mini Entreprise-EPA «L'atelier», Collège Madame de Lafayette à Coulommiers (77)

 

«Que représente cette expérience pour toi?»

Cela représente une expérience unique. Je tenais beaucoup à avoir ce poste, j'ai été ravie d'être sélectionnée en tant que PDGère de la mini entreprise-epa. Pour le moment, ce poste n'est pas en rapport avec mon projet professionnel, mais ça peut changer, on ne sait jamais. C’est une expérience qui n'est pas donnée à tout le monde et cela me donne des clés pour plus tard.

 

«Qu’est-ce que cela t’apporte en tant que jeune femme?»

J'ai des responsabilités, je peux gérer un groupe. J’ai appris à m’exprimer, à aller au-devant des gens. J'ai développé mon esprit d’équipe.

 

«Décris ton rôle face à l’équipe»

Je gère la mini entreprise-epa, je distribue les missions, j'aide mes collègues, j'apporte des idées et je prends des décisions.

 

«Quel métier voudrais-tu faire plus tard?»

Je souhaiterais être auxiliaire puéricultrice. J'ai déjà fait plusieurs stages, c'est ce que je veux faire. La mini entreprise-epa m'a aidée à m'affirmer et cela me servira pour ce métier pour lequel je serai souvent en contact avec des personnes.

 


Léa Teillard, PDGère de la Mini Entreprise-EPA «Smart Ring», Collège Paul Bert, Chatou (77)


«Que représente cette expérience pour toi?» (être PDGère d’une mini entreprise)

Etre PDGère d’une Mini Entreprise-EPA, c’est avant tout un challenge, un moyen de me lancer un défi. C’est un apprentissage constant du statut de dirigeant. Cette expérience m’apprend à prendre des décisions rapides mais également à développer un grand sens du contact et de l’humain.

 

«Qu’est-ce que cela t’apporte en tant que jeune femme?»

En tant que jeune femme, ce statut de PDGère est d’abord une fierté. Grâce à mon rôle dans la Mini Entreprise-EPA, j’ai pu développer ma confiance en moi et mon aisance à l’orale.

 

«Décris ton rôle face à l’équipe»

Dans la Mini Entreprise-EPA, je suis un peu touche-à-tout. Je m’occupe de la coordination des tâches et de la validation des livrables. J’ai également un grand rôle social. Je veux être une PDGère à l’écoute et proche de ses collaborateurs, une PDGère humaine. A ce titre, ce n’est pas toujours évident de trouver le juste milieu entre la leader à l’écoute et la dirigeante donneuse d’ordres.

 

«Quel métier voudrais-tu faire plus tard?»

Passionnée par les tâches manuelles mais également par le contact client, j’aimerais plus tard entamer une formation d’ingénieur que je compléterais par une ou deux années en grande école de commerce.Ce statut d’ingénieur-commercial me permettrait de développer une double compétence aujourd’hui essentielle au monde de l’entreprise et d’évoluer rapidement dans ma carrière professionnelle.

 


Rayane B., mini-entrepreneur au Collège Paul Cézanne à Mantes-la-Jolie (78) et stagiaire EPA IDF en décembre 2016

Peux-tu te présenter en quelques lignes?Je me présente, je m’appelle Rayane, j’ai 14 ans et je suis actuellement élève de 3ème au collège Paul Cézanne .

Quel est ton rôle au sein de la Mini Entreprise-EPA?Mon poste au sein de la Mini Entreprise-EPA est Directeur Général et service communication.

Comment as-tu été recruté à ce poste?Ce n’était pas le poste pour lequel j'avais postulé au début mais j’ai été recruté a ce poste en faisant une lettre de motivation et en ayant participé à un entretien.

Rencontres-tu des difficultés?Oui, car ce n’était pas ce que j’envisageais mais je m’en sors pas mal.

Si tu dois décrire en un mot/une phrase la Mini Entreprise-EPA?Je dirais qu’elle est plus tôt avancée et organisée.

Pourquoi as-tu choisi de faire ton stage chez EPA IDF?J’ai choisi cette association pour faire mon stage car j’ai adoré la journée Innov’-EPA à Mantes-la-Joli et que j’aime bien travailler avec d’autres personnes.

 


 

Elève au collège les Amandiers à Carrières sur Seine (78)

" Nous sommes en prépa pro tous de différents établissements, avec un goût pas forcément très prononcé pour l'école. Mais le vendredi avec la Mini Entreprise-EPA ce n'est pas pareil, nous venons avec plaisir, les 2 heures avec notre prof "c'est le feu!". Nous prenons sa place et nous donnons les consignes ! Nous osons faire des choses, prendre la parole et dire nos idées sans se sentir juger. Je parle avec tout le monde ce que je ne fais jamais la semaine. Nous sommes une équipe, une mini entreprise. Notre référente nous a dit que nous étions un diesel - alors nous voulons aller loin car elle a dit que nous en sommes capables !! "

 


 

Jeune utilisateur du site Impala* dont les fondateurs, Hector et Antoine sont parrains d'une Mini Entreprise-EPA parisienne

J'ai découvert Impala à travers le magazine Phosphore, alors je me suis dis : "pourquoi ne pas essayer ?". Et franchement, je ne regrette pas du tout ! C'est un site vraiment très bien fait, le design est sympa et c'est super simple d'utilisation ! Tous les métiers sont classés par centres d'intérêt et les recherches sont effectuées en fonction du profil de chaque étudiant, ce qui fait qu'on nous propose des métiers qui nous sont pertinents. En plus, on peut discuter avec des personnes qui sont là pour nous aider et qui sont très à l'écoute de toutes nos interrogations. C'est une manière plus intuitive de découvrir qui l'on veut être plus tard et un très bon outil. Personnellement ça m'a rassuré de voir ce site, parce que ça prouve que je suis loin d'être là seule à ne pas encore savoir quel métier je veux exercer plus tard ! Je recommande Impala à tous ceux qui cherchent leur voie, c'est top :)

* Impala est partenaire d'EPA IDF. Le site aide les jeunes à choisir leur orientation. Leur devise :« Découvre de nouveaux métiers dont le métier de tes rêves, construit ton parcours en t’inspirant de personnes réelles et maximise tes chances de réussite ! »



 

Céline Ho,PDG de « Time's Up Magellan », Collège Magellan à Chanteloup les Vignes (78)

Céline peux-tu te présenter en quelques lignes?Bonjour, je m'appelle Céline Ho, j'ai 15 ans et je viens de terminer mon année de troisième au sein du Collège Magellan situé à Chanteloup Les Vignes, en Île de France. Pendant ma dernière année au collège, j'ai pu profiter d'une option se nommant "DP3" qui m'a permis de devenir la présidente directrice générale de la mini-entreprise Times UP Magellan. C'est une petite société basée dans la fabrication d'horloges personnalisables et qui ont la particularité d'avoir deux faces. Un projet formidable!

Quel a été ton rôle au sein de la mini entreprise? Mon rôle au sein de cette mini-entreprise a été dans la majeure partie de faire tout le nécessaire pour le bon fonctionnement de celle-ci en passant par de différentes actions qui sont les suivantes :- Suivre les différents services dans leurs démarches et les aider à faire le bon choix - S'occuper de la diffusion de la mini-entreprise par plusieurs façons (ex: blog, vente dans des salons) - Organiser des réunions pour établir des plans d'actions - Prendre des décisions, assumer des responsabilités - Booster les équipes, veiller à ne pas que ces dernières ne soit démotivées.Donc voilà, tout ça pour dire que le rôle de PDG au sein d'une entreprise n'est pas un rôle facile car il ne s'agit pas que de représenter une société mais aussi d'assumer des responsabilités qui vous mènent souvent à des situations difficiles où il faut dans la plupart du temps agir de façon juste et cohérent tout en favorisant le bon développement de l'entreprise.

As-tu rencontré des difficultés? Oui et je pense que toute personne dans une entreprise a su rencontrer des difficultés car sans ça, elle ne peut évoluer dans son poste. C'est ainsi la même chose dans toutes les domaines. En parlant de ça, je vais vous raconter ma plus grande difficulté que j'ai pu croisé en tant que PDG. Etant donné que j'avais le rôle de diffuser la mini-entreprise à travers différentes manières, j'ai eu beaucoup de mal. En effet, ce n'est pas si facile de promouvoir une entreprise sachant que je n'avais pas accès aux réseaux sociaux qui maintenant ma foi sont devenus des choses légitimes dans la diffusion d'une entreprise mais aussi parce que je ne savais pas comment m'y prendre. Il a donc fallu que je me mette alors à des méthodes un peu plus dites "traditionnelles" comme la bouche à oreille qui m'ont permis de conclure des ventes dans de grandes entreprises tel que HSBC et même d'aller jusqu'à vendre une horloge à un très grand mathématicien se nommant Cédric Villani.

Quelle fut ta plus belle réussite? Je pense que ma plus grande réussite au sein de cette mini-entreprise a été de vendre une horloge au célèbre mathématicien Cédric Villani que je considère comme l'un de mes héros. Pourtant cela n'a pas été facile, beaucoup de gens de mon entourage ne pensaient même pas un instant que cette homme allait me répondre de façon positive. Mais cela ne m'a pas empêché d'y croire jusqu'au dernier instant et je pense que j'ai bien fait car à la suite de cela, celui-ci a désormais une de nos horloges dans son bureau. Comme quoi, rien n'est impossible quand on se donne les moyens de réussir ! La preuve !

Si tu devais décrire en une phrase l’expérience Mini Entreprise-EPA ?Une aventure formidable, pleines de nouvelles rencontres, pleines de nouvelles connaissances, une expérience à ne pas louper !

As-tu un conseil pour les prochains directeurs? Si j'ai un conseil à leur donner, c'est bien de rester motivé dans ce qu'ils feront par la suite car c'est fondamental quand on veut réussir dans quelque chose et c'est l'expérience qui le dit !


 


 

William Mesnil, Directeur Technique de « Rebouche&Co », Collège Paul Langevin à Alfortville (94)

«Nous avons appris la gestion, en partant de rien. Nous avons trouvé des investisseurs et nous avons nous même investi dans notre mini-entreprise en achetant des avances remboursables, de manière à avoir un capital. Ce projet nous apporte une vue du monde du travail et permet de passer des moments de collaboration et de communication, un des fondements de la société. Cela nous permet également d'apprendre les erreurs à ne pas commettre et les bases d'une entreprise. Cette expérience nous a beaucoup appris, et nous donne de bonnes bases pour notre vie future»

 


 

Hajar EL MARZKIOUI,PDG de «Kiddy Mots », Collège Paul Cézanne à Mantes-la-Jolie (78)

Ce que représente cette expérience : Tout d'abord, d'en savoir plus sur le monde professionnel et de le toucher du doigt. Découvrir toutes les facettes de l'entreprise et se rendre compte que rien n'est simple, surtout quand on passe des idées à la réalisation.

Ce que cela m'apporte en tant que jeune femme : Etre PDG peut s'avérer très compliqué et demande beaucoup de qualités. Une femme peut pratiquer ce métier sans aucun problème. Je me sens à l'aise au sein de la mini entreprise sans pour autant me sentir supérieure à mes camarades car nous formons une petite famille. Sur le plan personnel, cela me valorise et me donne de l'assurance. Je me dis que plus tard, j'aurai moi aussi mon rôle à jouer dans le métier que j'ai choisi et le fait que je sois une femme ne sera pas un obstacle, parce qu'on m'aura déjà confié des responsabilités.

Mon rôle face à l'équipe : L'équipe doit être très investie pour que l'entreprise avance. Si un membre de l'équipe ne fait pas son travail, cela ralentit la création du produit et le développement de la mini entreprise. Mon rôle est donc de faire en sorte que chacun puisse assurer les fonctions qui lui ont été confiées. En cas de problèmes, je dois gérer les conflits pour que nous restions une famille soudée. Je dois aussi les aider et même réaliser des tâches avec eux quand ils sont en difficultés. En bref, je suis là pour les secouer, les booster mais, aussi les encourager, leur remonter le moral et les féliciter !



 

Sidar, PDG de «Hey Peace in The World ! », Lycée Saint-Jean de Montmartre à Paris (75)

«Ce projet de Mini-Entreprise est un moyen d'apprendre autrement. La création d'une mini-entreprise est un projet autant pédagogique que professionnel. C'est un moyen de voir le monde du travail avant de l'intégrer et de se préparer à notre futur.La mini-entreprise ponctue nos années lycée de moments inoubliables, constructifs pour nos avenirs. Elle nous plonge dans un tourbillon d'expériences, d'avant-goût du monde du travail.

L’équipe pédagogique a cru en nous, ainsi chacun a eu l’occasion de montrer son potentiel, sa créativité, son habileté à parler en public afin de porter ce projet avec fierté»



 

Alexis DUFRAISSE,Directeur marketing de «Love Re Cycle», Lycée CFA GARAC à Argenteuil (95)

« Cette mission m’a apporté une bonne aisance à l’oral, alors qu’avant j’avais peur de m’exprimer. Je voudrais être commercial dans l’automobile car j’aime le contact avec le client et cela me confirme dans mon choix. Au début j’en ai parlé aux amis et à la famille et ils pensaient, et moi aussi d’ailleurs, que je ne serais peut-être pas capable de faire cela. En fait je me suis surpris. J’ai réussi à décrocher le téléphone et à parler avec des gens que je ne connaissais pas. Pour décider des fonctions au sein de l’équipe, le professeur a organisé des entretiens d’embauche avec la société de recrutement Adeco qui a identifié les performances de chacun. Je me suis préparé avec le professeur et entraîné avec mes parents. Avec le groupe j’ai mieux compris quels étaient mes qualités et mes défauts: je suis persévérant et assidu, mais je suis aussi têtu et je me vexe facilement.

Dans le groupe il y a de forts caractères mais on a appris à se connaître et il y a eu une homogénéité et une solidarité et maintenant on est champion et on va en compétition au national.»



 

Ines SIAB, PDG de«Possorar», Collège Jean Jaurès à Levallois Perret (92)

«Ce sont les autres qui m’ont proposée pour être PDG, peut-être parce que j’ai déjà été déléguée de classe et que je fais du théâtre. Cela m’a plu, mais m’a un peu paniquée, c’est une responsabilité parce si ça marche mal, on est aussi responsable comme PDG. Je voudrais être neurochirurgien. Mais si je découvre que ce métier n’est pas fait pour moi, alors je monterai une entreprise. Ce projet m’a beaucoup plu et en fait on se rend compte qu’il y a beaucoup de produits à créer qui n’existent pas sur le marché.

J’ai parlé de la mini entreprise en famille, mais certains pensaient que pendant les heures de DP3 on parlait des métiers. Après ils ont compris notre action. Le travail en groupe est difficile, on doit faire des concessions et même si on est amis, lorsqu’il y a des critiques ou des prises de décisions c’est la direction qui parle.

Sur le plan humain c’est difficile d’aller de soi-même vers les gens pour leur parler de ce qu’ils ne connaissent pas, par exemple quand on va sur les marchés pour vendre notre produit. L’amitié s’est renforcée dans le groupe et j’ai envie de garder le contact, même plus tard. J’ai aimé prendre des décisions et trouver des solutions. Mais c’est vrai aussi qu’au début j’avais tendance à partir en solo.

Je suis heureuse que je jury ait reconnu notre action et en plus le président du jury qui nous a récompensé par le prix coup de cœur est un jeune entrepreneur.



 

Charlotte COTTENCIN,PDG de «WebCache», Collège de la Dhuis à Nanteuil-les-Meaux (77)

Comment as-tu été recrutée ? Nous étions deux filles à postuler pour le poste de Présidente Directrice Générale. Nous avons tout d’abord fait un discours où nous décrivions nos motivations, puis tous les membres de la mini-entreprise ont voté et j’ai été élue.

As-tu rencontre des difficultés? Il y a eu quelques tensions entre les mini-entrepreneurs, il a donc fallu faire en sorte qu’elles ne nuisent pas à notre travail, mais ces tensions ont été vite réglées.

Qu’as-tu appris de ce poste ? Je me suis rendue compte du déroulement d’une entreprise et de toutes les démarches qu’il faut faire pour concevoir un produit.

Quelle a été ta plus belle réussite ? Ce qui m’a rendue le plus fière à la mini-entreprise, c’était de voir le modèle final de notre produit terminé et de lancer la production car nous avons beaucoup travaillé dessus et nous nous sommes beaucoup investis. Je ne parlerai pas donc de «ma plus belle réussite» mais de "notre plus belle réussite".

Quelle a été la réaction de ton entourage ?Ils ont été fiers et contents pour moi.



 

Ania ATEK,DG de "Natural Youg Beauty", Lycée Auguste Blanqui à Saint-Ouen (93)

Comment as-tu été recrutée?J’ai passé un entretien d’embauche. J’ai mis en avant ma volonté de travailler en équipe, ma capacité à être force de proposition et de pousser les gens à donner le meilleur d’eux même

As-tu rencontré des difficultés?Travailler en équipe n’est pas toujours facile, ne pas s’emporter, comprendre l’autre. Etre capable de faire des compromis. En étant jeune, on rencontre des difficultés à être pris au sérieux, cela ne semble pas réel.

Qu’as-tu appris de ce poste?Parler en public. Surtout savoir argumenter, répondre de façon adéquat. Mais aussi allez vers autres, en contactant la presse par exemple

Quelle a été ta plus belle réussite?Réussir à gérer l’équipe et faire avancer la Mini Entreprise. Parvenir à motiver mes collaborateurs

Quelle a été la réaction de ton entourage? Très content, il me soutienne depuis que j’ai lu l’article sur EPA et que j’ai demandé à mon professeur de lancer le projet EPA. Je leur fais part de nos avancées, ils sont fiers:«Ce projet est une vraie expérience. On touche à toutes les étapes de la création d’entreprise»



 

Eva BARON,DG de "J.P Crew", Collège Jean Perrin au Kremlin-Bicêtre (94)

Comment as-tu été recruté?J’ai fait un CV et une lettre de motivation puis j’ai passé un entretien d’embauche. J’ai postulé au service direction car j’aimais l’idée de diriger une entreprise. Dès le début, avant même que nous soyons répartis en services, j’avais tendance à prendre les initiatives et à répartir le travail entre les élèves.

As-tu rencontré des difficultés?La seule chose vraiment difficile est de régler les disputes. Il est parfois difficile de lancer le travail en début de séance mais au bout d’un moment tout le monde s’y met et j’ai la chance d’avoir une équipe très motivée.

Qu’as-tu appris de ce poste?J’ai appris à être patiente, à savoir faire la part des choses, à prendre sur moi quand il y a des disputes et à prendre des décisions. J’ai appris à régler les conflits : je ne les règle pas pendant les séances mais je prends les mini-entrepreneurs à part à la fin de la séance pour en discuter ensemble.Au début je n’avais pas confiance en moi. Au fur et à mesure j’ai pris confiance et j’ai de plus en plus d’ambition pour notre projet.

Quelle a été ta plus belle réussite?Quand j’ai réussi à présenter à l’oral notre projet lors de notre Assemblée Générale. Il y avait du monde et c’était intimidant mais j’ai réussi.

Quelle a été la réaction de ton entourage?Mes parents étaient fiers de moi mais «sans plus » car notre projet n’était pas encore concret. Maintenant que nous avons beaucoup avancé, ils m’encouragent. La direction de l’établissement nous encourage beaucoup également.

Quel métier voudrais-tu faire plus tard?Je voudrai être médecin. Même si la mini-entreprise n’est pas directement en lien avec ce métier, ce projet nous apprend des choses générales sur le monde du travail: prendre des responsabilités, avoir des missions à remplir, travailler en équipe…